avis de spectateurs...
recueillis sur billetreduc.com et evene.fr

-incroyable !!! -
le jeu de l'acteur est époustouflant et la performance de celui qui reste ligoté pendant une heure trente est incroyable. Les dialogues font mouche et nous délivrent peu à peu l'histoire de ces 2 hommes et leurs différends. A voir absolument pour comprendre les relations de père et fils.
écrit le 19/11/2007 par : thyclo

-bouleversant -
pièce forte qui s'adresse à l'âme et la conscience .. on en ressort renversé ; et quelque part on se sent fautif, de ne pas si souvent dire JE T'AIME !! on es pris de remord , et c'est soudainement une prise de conscience !! un coup de chapeau a Emmeric( le fils) il nous fait un bleuffant numéro d'acteur . c'est tonique , mené avec une force et une nervosité "nous" public on recoit le coup en plein coeur !! a recommandé pour tous !
écrit le 16/06/2007 par : Eric

-Incroyable performance d'Emeric Marchand...... -
Un sujet difficile,une pièce sombre. à saluer l'incroyable performance d'Emeric Marchand dans son monologue face à son père bailloné durant près d'1h20. le spectateur est figé dans son fauteuil pendant tout ce suspense......
écrit le 02/06/2007 par : Greystoke

-une piece interressante
le sujet est interressant avec une belle performance d'acteurs.
écrit le 19/05/2007 par :decrescendo

-malaise -
A voir pour la performance d'un comédien remarquable dans un monologue incroyable, fou, à l'issue presque invraisemblable, justifiée? à vous de juger...
écrit le 19/05/2007 par : garazi

-A ne pas manquer -
Une mise en scène sobre qui nous mène à l'essentiel. Un comédien investi, qui n'a pas peur de plonger: on voit la folie, on sent les fêlures, les blessures, l'enfant qui n'a jamais eu droit à l'innocence. Un texte sauvage, fort et intense. Un spectacle osé, non consensuel: du théâtre comme j'aimerais en voir plus...
écrit le 14/05/2007 par :yme

-Happy Birthday Daddy
quand un spectacle laisse une telle place à l'intellignece, à la sensibilité tant des spectateurs que des acteurs, auteur et metteur en scène....il ne faut pas rater une occasion de sortir au théâtre! je n'ai pas eu d'émotions aussi fortes depuis longtemps. M.A
écrit le 11/05/2007 par : bleu

-On ne reste pas indifférent
On aime ou on n'aime pas, mais on ne reste pas indifférent après avoir vu Happy Birthday Daddy. On découvre tout au long de la pièce ce fils, violent, cynique, avec ses éclats de colère, sa souffrance, le manque d'amour et de reconnaissance de ce père qu'il recherche tant. On ne reste pas indifférent parce-que à un moment donné ou à un autre, on va s'identifier à l'un d'eux. C'est un texte intense, brutal avec des moments drôles parfois, des ruptures qui nous laissent souffler, jusqu'à cette fin inéluctable ou pas... va-t-il le faire ? Peut-on imaginer un fils tuant son père ? A chacun le choix de la fin. Brillante interprétation du comédien Emeric Marchand qui pendant plus d'une heure joue ce fils désespéré, sombre avec une incroyable présence sur scène. Saluons également la prestation de Jean-Yves Chilot, ce père ne pouvant s'exprimer par des mots, mais qui transmet avec son corps ses propres émotions. Ces deux-là se complètent parfaitement. Non, on ne reste pas indifférent... Allez voir cette très belle pièce. Ellen
écrit le 08/05/2007 par : nell


-Faire honneur au mieux! -
Un texte violent, deux comédiens au jeu intense et sans compromis... Si on est un peu sensible, comme moi, on a envie que ça s'arrête, qu'il le tue, ou qu'il l'épargne, mais on a surtout envie de savoir pourquoi! Comment! Comment on en arrive là? A vouloir tuer son père, pour de vrai! On s'attend au fait divers glauque, aux raisons qui poussent la plupart des gens à être pour le peine de mort c'est à dire le viol, la violence sur les enfants... Mais il n'a pas d'excuse de cet ordre... Et c'est bien là, la force de cette pièce, ce jeune homme ce pourrait être nous! Et la vraie question de la pièce, c'est "est-ce qu'on peut l'aimer ce fils perdu?", "est-ce qu'on le comprend?", "est-ce qu'on lui pardonne de torturer un homme pendant des heures avant de commettre le pire?!" La mise en scène nous permet par ses rebondissements, ses ruptures de rythmes de mettre en exergue le cynisme de le situation, On passe facilement de la tension à la détente, de la colère au ridicule... Et ça soulage... Dans une période au climat politique aussi tendu, la pièce résonne encore autrement: sommes-nous près à retourner à une société paternaliste? A n'exiger que le meilleur? Quel meilleur? à quel prix? Sommes-nous près à se faire enfermer dans le noir? On va être sage maintenant, promis! On traversera sur les passages cloutés...
écrit le 07/05/2007 par :Perrine

-Le prisonnier
le théatre contemporain c'est tjrs du théatre universel quand l'urgence le conduit.Ici ce qui empresse la tragédie du fils à son père sera tout de même le refus de conjurer.Il faut convoquer la victime en témoin irrecusable: L'echec du regard garantit l'irreversibilité de la parole.Rage et seductions jusqu'à l'infirmité de l'acte parricide,clôture encore infinie. Pourtant si le dire valse il n'hésite pas : le choix était,là, de ne pas être satisfait quand bien même l'indécence de soi à ne jamais naître,à demeurer exorable.Quatre hommes se sont attachés à cette flèche lancée contre l'ocean pour réussir le Théatre de nouveau.Un auteur,christophe Averlan, dont la jeunesse n'est plus tout à fait ce qui qualifie le talent à mettre ainsi dos à dos Oedipe et contre-Oedipe.Patrice Kerbrat, un metteur en scène à la réputation que l'on sait, sert sur le fil du rasoir la gravité de ce théatre sans la confondre avec l'intolérable jouissance de la blessure qu'elle n'élude pas pour autant.Et les acteurs enin!Hommage leur soit rendu! Jean-Yves Chilot exacerbe la finitude par sa tension."And last but not least" Emeric Marchand qui porte depuis deux ans,avec Christophe,le projet de la pièce.Cela parle déjà de cette pugnacité toute de mobilité élegante dynamitant cette leçon de ténèbre qui de funeste n'a que la Tragédie.Comme il se doit. "Bonjour chez vous"
écrit le 06/05/2007 par : raoul

-Trop tard pour les Hommes
Si vous souhaitez découvrir ce qu'est vraiment le théâtre, allez voir Happy Bithday Daddy. Un texte, deux grands acteurs et une réelle mise en scène. Ce spectacle décrit l'impossibilité de communiquer entre un fils prêt à tout pour que son père l'entende et l'encourage et un père totalement absent enfermé dans un système où seule la morale a de la valeur. Le fils séquestre le père le jour de son 60ème anniversaire et tente pour une ultime fois d'obtenir un regard. Malgré tous ses efforts, l'irréparable ne pourra qu'advenir. Le texte de Christophe Averlan, jeune auteur au talent d'éciture certain, est servi par Emeric Marchand, jeune comédien qui révèle une maturité incroyable dans un jeu tout en nuance et en rupture.Saluons également la prestation de Jean-Yves Chilot,ligoté sur sa chaise,qui toisera le fils jusqu'au dernier moment. N'hésitez pas, courrez voir ce spectacle, qui fait écho à chacun d'entre nous.
écrit le 06/05/2007 par :marie

-Du Tarantino ?..
Belle pièce, sur une sujet difficile au demeurant, mérite de s'attarder dans ce théatre de l'est parisien...L'acteur principal, est servi par un texte abouti, et tout "s'enchaîne" comme dans un bon polar...A découvrir . Thibault G
écrit le 06/05/2007 par : THIBAULT

-Un moment fort et émouvant de théâtre !
"Happy Birthday Daddy ", une pièce telle que l'on aimerait en avoir plus souvent... Avis aux passionnés de théâtre, je vous la conseille fortement. Vous y découvrirez un jeune auteur contemporain, Christophe Averlan, dont l'écriture fine, incisive dénote d'un réel talent. Il jongle aisément avec les mots et les sentiments, décortiquant et analysant avec une telle justesse les affres de cette relation père/fils. Il parvient à retranscrire ce paroxysme de la folie, alternant les périodes de folie pure, et toute la violence des mots que cela comporte, et le retour à la réalité et à une certaine lucidité. Et là où il excelle aussi c'est dans son humour corrosif, décalé qui permet, quelque peu, de sourire lors de cette pièce intense... Les deux comédiens sont eux-mêmes excellents. Un rôle difficile mais brillamment interprété par Jean-Yves Chilot, le père, qui ne communique que par ses regards et surtout sa gestuelle face à Emeric Marchand, le fils. Ce dernier ne joue pas, il vit son rôle de façon transcendante et entière. Un merveilleux comédien très charmant (avis aux filles ! lol) qui semble passionné, inquiétant, mû par le désespoir. Celui du manque d'amour paternel, à sons sens. Là où la sensation du manque d'amour mène à la folie destructrice ! Je ne vous raconterai pas le début de la pièce, le synopsis est là pour ça ! Je voulais juste vous dire que j'ai pris grand plaisir à aller au Vingtième Théâtre assister à " Happy Birthday Daddy ", et que j'en suis ressortie emplie de l'envie d'y retourner. Une très belle création à qui je souhaite longue vie sur les planches. Mais le théâtre ne se lit pas, il se vit ! Et cette pièce ne vous laissera pas insensible, je vous la conseille donc...
écrit le 05/05/2007 par : sophie

-impressionnant
immersion assassine dans les relations entre un fils et son père. écriture acérée, interprétation fiévreuse et généreuse. on en ressort ébranlé et soulagé. courez-y !
écrit le 05/05/2007 par :tierney

-Petit meurtre en famille
Intense cette pièce l'est assurément. Courrez-y mais n'y emmenez pas vos parents, ils vont croire au get apens! L'auteur dissèque profondément et méticuleusement les méandres du drame familial, poussant le spectateur jusqu'au malaise par un monologue nerveux alternant entre le chuchotement et les éclats de colère. On en a des frissons. Toutes les nuances de la folie d'un enfant rejeté par son père sont rendues alternativement. L'intimité est également troublante. Il n'y a aucun dialogue, et l'on se trouve seul face à cette voix, vibrante de chagrin et de colère, pleine de reproches. Le fils est tour à tour notre accusateur ou notre porte parole. La palette des relations enfant/parents traitée dans la pièce est si large qu'on ne peut qu'y trouver un écho avec son propre passé. A chacun de le ressentir selon son vécu. Une chose est certaine on est irrépressiblement happé dans l'intrigue. L'intensité de la pièce progresse en crescendo jusqu'à la dernière seconde de monologue et on est encore sous le choc, comme hébété, quand la salle s'éclaire. Les deux comédiens sont excellents. Celui qui joue le père, ligoté et bâillonné durant toute la pièce, ne s'exprime que par le jeu du corps. On voit le renoncement se traduire dans l'affaissement progressif du corps et l'abandon de toute résistance. Un des rôles de théâtre les plus difficiles à camper qu'il m'a été donné de voir. C'est une pièce cinglante, dont le texte subtile et assassin est brillamment mis en scène et interprété. Ceux qui doutent encore du pouvoir assassin des mots connaîtront une révélation. A ne pas rater!
écrit le 05/05/2007 par : Perfandrog

Avis de rumy 836  
Une mise en scène sobre qui nous mène à l'essentiel. Un comédien investi, qui n'a pas peur de plonger : on voit la folie, on sent les fêlures, les blessures, l'enfant qui n'a jamais eu droit à l'innocence. Un texte sauvage, fort et intense. Un spectacle osé, non consensuel : du théâtre comme j'aimerais en voir plus...

Avis de sophie77270  
Avis aux passionnés de théâtre, je vous la conseille fortement. Vous y découvrirez un jeune auteur contemporain, Christophe Averlan, dont l’écriture fine, incisive dénote un réel talent. Il jongle aisément avec les mots et les sentiments, décortiquant et analysant avec une telle justesse les affres de cette relation père/fils. Il parvient à retranscrire ce paroxysme de la folie, alternant les périodes de folie pure, et toute la violence des mots que cela comporte, et le retour à la réalité et à une certaine lucidité. Et là où il excelle aussi c’est dans son humour corrosif, décalé qui permet, quelque peu, de sourire lors de cette pièce intense… Les deux comédiens sont eux-mêmes excellents. Un rôle difficile mais brillamment interprété par Jean-Yves Chilot, le père, qui ne communique que par ses regards et surtout sa gestuelle face à Emeric Marchand, le fils. Ce dernier ne joue pas, il vit son rôle de façon transcendante et entière. Un merveilleux comédien très charmant qui semble passionné, inquiétant, mû par le désespoir. Là où la sensation du manque d’amour mène à la folie destructrice ! Je voulais juste vous dire que j’ai pris grand plaisir à aller au Vingtième Théâtre assister à "Happy Birthday Daddy", et que j’en suis ressortie emplie de l’envie d’y retourner. Une très belle création à qui je souhaite longue vie sur les planches. Mais le théâtre ne se lit pas, il se vit ! Et cette pièce ne vous laissera pas insensible, je vous la conseille donc…

Revue de presse complète
Calendrier des représentations Bande
annonce