Photo de Patrice Kerbrat

le metteur en scène
patrice kerbrat

Metteur en scène de près d’une quarantaine de pièces, Patrice Kerbrat est tourné vers les auteurs contemporains puisqu’une majorité de son travail leur est consacré.

En 1987, il est le premier à monter Yasmina Reza avec « Conversation après un enterrement ». Deux ans après, ce sera « La traversée de l’hiver », pour lequel il obtiendra un Molière du Meilleur Spectacle créé en province. Puis, plus tard, ce sera « Art » et « Trois versions de la vie ».

Il monte entre temps « Rebours », de Pierre Laville, « Mères, portraits » d’Arnold Wesker, « Aïda vaincu » de René Kalisky, « La nuit juste avant les forêt » de Bernard-Marie Koltès, « Long voyage vers la nuit », d’Eugène O’Neill, « L’une et l’autre » de Loleh Bellon, « Quand elle dansait », de Sherman, ou encore  « Tout contre », de Patrick Marber.

Il aime Pinter et monte « La Collection » et « L’amant », il s’attachera à l’écriture de Jean-Marie Besset et crée « La fonction » en 1990, puis, de 1994 à 1996, coup sur coup,  « Ce qui arrive et ce qu’on attend », « Grande Ecole », et « Un cœur français ».

Quand il s’attarde sur les auteurs classiques, c’est pour « Andromaque », de Racine, « Père » de Strindberg, « Oncle Vania » de Tchekhov,  ou « Don Juan » de Molière.

Egalement comédien, il a notamment joué au théâtre sous la direction de Antoine Vitez, Philippe Adrien, Jacques Lassalle, Jorge Lavelli, Bernat Murat…

Pour "Happy Birthday Daddy", il a été assisté par Sophie Langevin.


Revue de presse complète
Calendrier des représentations Bande
annonce